Le portrait d’Audrey

Audrey

On parle aujourd’hui d’une double vie.

Qui dit double vie, dit généralement scandale.

Celle dont on parle a bien un look qui fait parfois scandale, souvent sensation.

Et pourtant, derrière ce physique sulfureux se cache une personnalité attachante, une maman de famille nombreuse, une voix douce et un besoin de reconnaissance.

Découvrez Audrey, une jolie Barbie avec une vraie personnalité !

Une double vie

Dans un joli quartier résidentiel de la province de Liège, je vais à la rencontre d’Audrey.

Maman de 4 enfants, elle vit avec sa famille et son mari dans une belle maison en briques rouges.

Après avoir été employée au TEC (société de Transport en Commun en Belgique et plus particulièrement en Wallonie), Audrey est devenue accueillante autonome pour les enfants en bas âge, autrement dit Nounou. Elle est agréée par l’ONE (Office Nationale de l’Enfance en Belgique). Son milieu d’accueil, installé dans une partie de la maison familiale, porte le doux nom des Chenillettes.

Au premier regard, Audrey est une jolie jeune femme blonde, grande, élancée. Sous un look tendance (t-shirt blanc et léopard, jeans bleu clair troué), on devine plusieurs tatouages.

Rien de trop extravagant cependant. Et pourtant, ce physique avantageux et ce joli sourire, Audrey les partage avec Aya.

Le jour, c’est Audrey qui est présente. Gentille, douce, attentionnée, préoccupée par les personnes qui l’entourent, affairée à gérer son milieu d’accueil d’une main de maître.

Le week-end et le soir, c’est Aya qui prend la relève. Sure d’elle, pétillante, séductrice et extravagante, c’est en faisant le show qu’elle montre qui elle est.

Aya, ou un alter ego assumé

 

Aya est plus qu’une double vie, c’est un Alter Ego. Une seconde part d’elle-même.

Une double personnalité même, comme Audrey le précise en souriant.

Audrey sans Aya n’existerait pas. Et vice versa, Aya sans Audrey ne pourrait exister.

L’avez-vous deviné ?

Aya est stripteaseuse. Elle prend le relais dès que la nuit tombe. Elle fait le show pour des groupes de personnes ou encore elle anime une soirée d’anniversaire, un enterrement de vie de garçon…

Mais pas que !

Aya participe aussi à des salons de renommée tel le Salon de l’érotisme qui a lieu tous les ans en Belgique. C’est elle qui ouvre souvent le show sur le podium principal du Salon.

Par le passé, elle a été élue Miss Belgique nue (2009) et vous aurez pu la reconnaitre à la télé notamment dans l’émission Belgium’s got Talent où elle assurait un show pyrotechnique avec une guitare électrique.

Et oui, Aya c’est la sensualité, c’est l’envie, elle incarne le désir et parfois même la provocation.

Des shows sensuels, des spectacles durant lesquels la jolie jeune femme se dénude pour faire naitre dans l’esprit et le corps des spectateurs l’envie et la frénésie.

C’est grâce à tout cela qu’Aya nourrit Audrey.

La belle apprécie particulièrement la fête, l’esprit décontracté et bon enfant des spectacles, elle aime qu’on la regarde et qu’on la remarque. Elle mène le jeu sans jamais dépasser la limite du show.

Mais c’est là l’occasion de se dévoiler, de se lâcher, de se montrer. La chenille est devenue papillon.

La petite fille timide s’assume désormais grâce à ce second rôle. Le garçon manqué d’autrefois a laissé place à une femme.

Aya représente le côté sexy qui ose briller de la personnalité d’Audrey.

Défendre son image

 

Si Aya aime séduire et provoquer, Audrey ne supporte pas que dans l’esprit des spectateurs, une confusion persiste : celle d’associer, de confondre ou de méprendre le métier de stripteaseuse et danseuse érotique avec le métier d’actrice X.

Elle souhaite également combattre d’autres préjugés liés à son métier :

  • striptease ne veut pas dire passe ! Le striptease est une danse, un spectacle, durant lequel elle n’a aucun rapport avec le spectateur.
  • La danse érotique et dénudée est bel et bien un art. D’ailleurs, lors de certains spectacle, elle preste aussi en tant que cracheuse de feu, mêlant différents arts de rue à la danse.
  • Qui dit stripteaseuse ne dit pas fille facile ! Vous l’aurez compris ! Audrey n’est pas un coeur à prendre et n’acceptera aucune avance ni de clients, ni de spectateurs, ni d’aucun autre homme.
  • Aimer le striptease ne rime pas avec une soif éventuelle d’argent ! Son métier, c’est sa passion !

Si Aya est provocante, Audrey est une jeune femme discrète, travailleuse, mère responsable, amie loyale.

Il y a plusieurs années, elle a dû tirer un trait sur certaines relations, quelques personnes lui tournant le dos à cause de cette nouvelle vocation.

Aujourd’hui, elle considère le jugement éventuel des autres comme un tri naturel dans son entourage.

Il est important pour elle de vivre au milieu d’un groupe de personnes qui l’acceptent telle qu’elle est. Sans envie, sans préjugé, sans jalousie.

Et oui… la jalousie. Un défaut qui peut paraître tout mignon au sein d’un couple si elle est modérée. Elle permet parfois d’entretenir une certaine flamme. Elle est aussi parfois définie comme étant une preuve d’amour à l’égard de son partenaire.

Dans la situation d’Audrey, la jalousie revêt d’autres formes au point de perdre des amis. De gâcher certaines relations.

Et pourtant, elle le répète : elle n’est pas une croqueuse d’hommes et encore moins une voleuse de maris !

Heureusement, parmi les gens qu’elle aime, peu d’entre eux n’ont pas respecté son choix. A commencer par ses grands-parents qui l’ont élevée comme leur fille.

Son mari qui pu exprimer plusieurs réticences à ses débuts, certaines craintes, a appris à connaitre Aya, à différencier Aya et Audrey.

Et il est aussi important de noter qu’Audrey a pu éduquer ses enfants en présence d’Aya. Ceux-ci sont encore jeunes mais parfaitement informés du second métier particulier de leur maman. Leur éducation autour de ce sujet s’est faite aussi naturellement que possible. La jeune femme peut discuter librement de ses choix notamment avec ses filles.

 

 

Aux côtés d’Aya…

….. vit Audrey.

Si Aya est une nécessité pour Audrey, pour pouvoir vivre librement et pleinement son côté sexy extravagant, Audrey est aussi nécéssaire à Aya.

En effet, elle a beau avoir un look de Barbie et des yeux dans lesquels plus d’un se noierait, elle garde surtout la tête bien sur les épaules. Elle sait que la vie de la nuit lui ferait tourner la tête, comme cela arrive à plus d’une personne qu’elle côtoie dans ce monde.

Et à l’inverse, Audrey ne peut imaginer sa vie sans Aya.

Elle assume sa peur de vieillir. Dans sa tête, elle est restée jeune, 20 ans d’âge mental. Elle le sait pourtant, il faut grandir. Son corps, quant à lui, n’aura pas toujours 20 ans.

A la naissance de son 4ème enfant, Aya a bien failli arrêter. C’était son souhait, c’était le souhait de son mari également. Et puis, peu avant la naissance du petit dernier, Audrey a de nouveau besoin d’Aya. Aya est revenue.

Pourquoi Audrey ne parvient-elle pas à se défaire d’Aya ?

Peut-être que, dans son esprit, cette seconde personnalité reste jeune pour toujours, séduisante et désirée ?

Elle n’imagine pas encore la suite, une vie éventuelle sans Aya.

Cette nouvelle vie pourrait être une demande de ses enfants, de son mari, la réticence d’exposer son corps qui subit le temps, ou un vide dans son agenda tel que ce fût le cas durant la crise du Covid.

Mais Audrey n’est pas prête à renoncer à Aya.

Tant que ses deux personnalités pourront cohabiter, aussi longtemps que possible, la jeune femme pourra s’accepter. Vivre sereinement. En paix avec son physique, sa conscience, ses envies.

Et maintenant

Après le confinement, Audrey espère pouvoir reprendre son activité librement sans aucune contrainte. Cela dépend de la réouverture des Salons (salon érotique, …) et des spectacles.

Son agenda se remplit pour la fin de l’année 2021.

Elle milite activement pour faire entendre la voix des métiers des arts, arts de la nuit et arts de rue, oubliés des autorités durant la crise liée au Covid. Aucune aide financière, aucune subvention ne leur est accordée.

Et puis, Audrey souhaite aussi faire savoir que dans le monde du spectacle érotique, de nombreuses places sont à prendre. Elle serait motivée pour transmettre sa passion de la danse et du strip à des jeunes filles motivées.

Transmettre une passion, mais aussi abattre les préjugés, montrer qu’on peut être femme, respectable, maman, et stripteaseuse en même temps.

Ecrivez-nous si vous souhaitez recevoir plus d’informations au sujet d’une formation avec Audrey 🙂

Tags:

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on vk
Share on tumblr
Share on pocket
Share on whatsapp
Share on email

Vous allez aimer

3.7 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
13 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
4 mois il y a

C’est article très intéressant et très bien, on en parle pas tous les jours ! Beaucoup devrait le lire ! Je partage l’avis de cette femme sur le métier de stripteaseuse ! J’espère qu’elle pourra reprendre sa passion bientôt !

Valou Brieu
4 mois il y a

Un métier dénigré et mal vu alors qu’il ne remet en rien en question l’image de la femme. Bravo pour ce témoignage ! Que les mentalités évoluent ainsi que la tolérance !

Claire
4 mois il y a

Très touchant

David
4 mois il y a

Encore un superbe article, très bien rédigé … fier de toi …

4 mois il y a

Merci pour cet article

Lindsay
4 mois il y a

Très joli article qui met en valeur tant Audrey que Aya ❤

Thom
4 mois il y a

Article censuré par FB ?? pcq on voit juste une jolie fille… rien de vulgaire… ms aujh beaucoup sont choqués par un rien!! faut-il aller à contre-courant ?!

Theo dort
4 mois il y a

Magnifique portrait ! A partager en vrai, en parler autour de soi, l’envoyer par e-mail, l’imprimer et le faire lire… et éviter les partages Facebook!!

13
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x